2 connexions ADSL simultanées

Voilà un truc qui m'énerve depuis un bout de temps: au bureau on a 2 connexions ADSL: une chez Free et une chez Wanadoo. Bien évidemment, aucune des deux ne fonctionne correctement de manière inintérrompue entre 9h et 23h.

La solution pro serait d'avoir un routeur qui route entre les deux.

La solution "cheap" qu'on a ici consiste à brancher chaque poste sur les 2 réseaux par l'intermédiaire de 2 cartes réseau (sachant que les cartes mères arrivent maintenant avec une ou 2 interfaces réseau intégrées, ça ne revient vraiment pas cher).

Reste que Wanadoo est encore moins fiable que Free et que Windows semble insister pour passer par Wanadoo même quand il marche pas (ou mal...).

Jusqu'ici j'allais dans Paramètres > Connexions Réseau et je désactivais le réseau Wanadoo tant que je n'en avais pas besoin. Mais ça commençait à devenir un peu pénible...

Boite de dialogue "Paramètres TCP/IP avancés"

En cherchant un peu aujourd'hui, je crois que j'ai trouvé un truc qui devrait faire l'affaire: Propriétés de la connexion Wanadoo > Propriétés TCP/IP > Avancé . Là, je décoche "Métrique automatique" et je mets "Métrique de l'interface: 100".

A priori ça devrait clairement indiquer à Windows: "n'utiliser cette connexion qu'en dernier recours, si aucune autre route moins couteuse n'a été trouvée".

En tapant route print en ligne de commande, ça à l'air de faire ce que je veux, mais je vais voir à l'usage si ça rend la double connexion plus cool...

Relativisons

"Ne prenez pas la vie au sérieux; de toute façon, vous n'en sortirez pas vivant."
-Bernard Fontenelle

Où placer son argent en 2006?

C'est à nouveau cette époque de l'année où les magasins sont pleins, où toutes les rues clignottent comme si on était à Times Square, où les cartes de paiement ont à peine le temps de refroidir d'une caisse à l'autre, et où une certaine presse rivalise de titres accrocheurs promettant de prédire quels seront les meilleurs placements pour l'année 2006...

Du coup, forcément on échappe pas aux conversations sur le sujet entre midi et 2... en attendant de remettre ça entre la poire et la bûche... ;)

Alors je vais en profiter pour coucher par écrit ce que je me tue à répéter avec ma modeste expérience...

Il est clair que "bons plans" traditionnels (tels les PEL à 6% par exemple) se font plus rares d'année en année et que du coup, il semble de plus en plus complexe de choisir le bon placement. Mais tant mieux!

Tant mieux parce que le placement qui est bon pour l'un ne l'est pas forcément pour l'autre. Et le placement qui était bon en 2005 ne le sera pas forcément en 2006. Alors un peu de réflection supplémentaire, ça ne peut pas faire de mal...

Tout d'abord il est important de faire le point sur sa situation personnelle. Les principaux critères sont l'âge (c-a-d la distance restant à courir avant la retraite), les personnes à charge et la stabilité/précarité de sa situation professionnelle.

A partir de là on peut déterminer combien d'épargne on a besoin en court terme pour faire face aux imprévus (accident de voiture, remplacement de chaudière...), combien on a besoin pour ses projets (achat de résidence principale...) et combien on veut capitaliser pour sa retraite.

  • L'épargne de court terme sera placée sur un "super livret" bancaire où elle restera immédiatement disponible à tout moment. L'inconvénient c'est une rentabilité très faible de 2 à 3%, à peine supérieure à l'inflation.
  • L'épargne pour projets pourra être placée sur des produits où elle sera plus ou moins bloquée pour une période plus ou moins longue de 2, 3, 5 (PEA) ou 8 ans (Assurance Vie). L'avantage c'est que ça peut rapporter beaucoup plus. 25% (-impôts) en moyenne en 2005 si on avait investit sur des actions françaises. L'inconvénient c'est que si on a besoin de son argent avant la date prévue, ça peut être impossible mais c'est très rare (comptes à terme?) ou en tout cas très dissuasif (beaucoup trop d'impôts, par exemple 35% dans les 4 première années de l'assurance vie).
  • L'épargne retraite pourra être placée sur des produits type PERP où elle sera bloquée définitivement! On ne récupèrera jamais le capital, mais on percevra une rente pendant toute sa retraire. Autant dire que si vous avez moins de 45 ans il est totalement déraisonnable d'immobiliser ses actifs de la sorte.

Maintenant, dans chaque cas, reste à choisir les bons produits... et c'est là que ça devient intéressant... et complexe. Je vais tenter d'entrer dans les détails dans les jours à venir..

Rasmus: "I don't like SOAP"

At PHP Forum, Rasmus wisefully explained that SOAP is intrinsically broken because it's too complex... just as anything that takes more than 20 minutes to understand.

When it comes to webservices, I myself tend to prefer XML-RPC ("Does distributed computing have to be any harder than this? I don't think so.")... and sometimes I wonder wether REST would be a nice alternative...

Intérêts du PEL: 12 ans après...

Il y a 2 ans j'écrivais un billet sur les PEL de + de 10 ans qui est depuis devenu un "best-seller" Google si j'en crois mes stats (et aussi le nombre de commentaires que ce billet à reçu)...

Forte recrudescence de commentaires ces derniers temps pour signaler que non seulement ces "bons vieux PEL sans risques" sont déjà taxés à 11% au titre de la CSG/RDS mais qu'à partir de 2007, on aura droit à 16% de taxes supplémentaires, ce qui nous amène à 27% de taxes comme pour les valeurs mobilières "à risques".

Précision pour tous ceux qui s'inquiètent:

  • Les 16% supplémentaires ne s'appliquent QUE sur les intérêts
  • Les 16% supplémentaires ne s'appliquent que sur les intérêts à partir de 2007
  • Les 16%, c'est uniquement pour les gens qui ont opté pour le prélèvement libératoire, exactement comme pour les valeurs mobilières classiques

...enfin, sauf erreur de ma part...

Le meilleur article que j'ai trouvé pour confimer tout ça se trouve sur le site des Echos.

Bon, ça nous descend dans les 3,2 % d'intérêt après impôt. Ca reste malgré tout difficilement égalable avec du sans risque.

A comparer toutefois avec les 22% de progression du CAC 40 depuis le 1er janvier, soit 16% après impôt ou mieux si vous êtes dans un PEA ou une AV... voire beaucoup mieux si vous avez investi sur le Japon, l'or ou le pétrole...

A priori, la manoeuvre du gouvernement ne doit tout de même pas avoir pour finalité de pousser les particuliers vers l'investissement à l'étranger où à la speculation sur les matières première... c'est sûrement pour ça qu'ils ont essayé de refroidir les petits épargnants avec l'escroquerie EDF! :>>