Catégorie: "Mobile & wireless"

Tablet PC: oui, mais pour quoi faire?

Le petit monde de l'informatique est enthousiaste. Il parait que la technologie est prête! J'ai eu l'occasion de jouer un peu avec un Tablet PC à Interop cette année... permettez moi de continuer à penser qu'il s'agit d'un beau jouet, mais sans plus!


Il ne s'agit de rien d'autre que d'un PC portable dont on a remplacé le clavier par un système de reconnaissance d'écriture cursive. Oui c'est hype! Et avec une "dalle" électromagnétique plutôt que tactile (contrairement aux PDA par exemple), ce qui permet de prendre appui avec la paume de la main pour écrire avec plus de confort. Oui c'est élégant! Mais le problème, c'est que pour les applications classiques, la zone de saisie où l'on peut écrire est en bas de l'écran, donc on a jamais la place pour reposer la main. La zone est certainement déplaçable, mais après on ne voit plus vraiment ce que l'on fait...


Bref, le Pocket PC est donc surtout utilisable avec des applications spécialement conçues pour lui, comme le journal: un bloc notes électronique avec possibilité de reconnaissance d'écriture. Disons que son principal avantage consiste à pouvoir saisir des notes en étant debout et en disposer immédiatement sous forme numérique. Probablement que pour se déplacer dans un atelier de production ça peut se révéler utile. En réunion, le seul avantage sera de disposer d'une méthode de saisie un peu plus silencieuse qu'un clavier et la possibilité de faire des croquis puis de diffuser le compte rendu immédiatement en sortie de réunion.


Mais ce n'est pas une panacée. Le système de reconnaissance d'écriture, bien qu'étonnament efficace (même sur ma pire écriture!) n'est pas forcément très agréable à utiliser sur les modèles disponibles actuellement: le tracé s'affiche avec un léger décalage aussi bien spatial que temporel. Je m'explique: si vous voulez faire un point il sera généralement décalé de quelques pixels par rapport à l'endroit où vous avez physiquement pointé. Evidemment, il doit y avoir un système de réglage. Le démonstrateur Microsoft sur Interop n'a toutefois pas été en mesure de me le montrer. Par ailleurs, si l'offset se dérègle aussi souvent que sur un Palm ça va vite devenir insupportable (l'avantage du Palm est que l'on ne s'en sert pas en continu, toute la journée).


L'autre décalage se produit dans le temps: l'encre électronique vous suit plus ou moins à la trace mais avec une fraction de seconde de retard. En conséquence, si vous écrivez vite (typiquement le cas d'une prise de notes), vous ne pouvez pas voir en temps réel si vous êtes lisible! Quand une lettre s'affiche vous avez déjà commencé à écrire la suivante. Impossible de corriger le tir (agrandir la boucle d'un e, ou agrandir la barre d'un t) pour améliorer la lisibilité sans casser complètement votre rythme d'écriture.


Quand je dis que l'encre vous suit plus ou moins, c'est parce que le numériseur (qui intervient avant même le processus d'affichage de l'encre) fonctionne lui aussi avec un délai de lattence: il ne mémorise donc pas très finement l'ensemble des pixels par lesquels vous passez. Résultat: toutes vos boucles sont un peu plus serrées que vous ne les avez dessinées... et votre écriture perd forcément en lisibilité. Ce qui n'empêche toutefois pas la reconnaissance par l'algorythme qui semble être assez performant (en revanche, lorsqu'il se trompe, le correcteur d'orthographe est particulièrement inutilisable: il a visiblement été pensé pour un usage avec clavier!)


En conclusion, je pense que les applications sont plutôt limitées à des environnements très spécifiques, là où un PDA ne suffit pas par sa taille ou sa puissance, mais vraiment je vois mal le Pocket PC se développer au delà d'un marché de niche dans les quelques prochaines années. Et même pour des applications très spécifiques, je pense qu'il est utile d'attendre la génération suivante, probablement plus aboutie en termes d'utilisabilité...

(peut être un jour le lecteur de e-books idéal?)

PalmOS voué à l'échec?

Russel Beattie pense que PalmOS est voué à l'échec!
Personnellement je serais beaucoup moins catégorique! Ma réponse:

A PDA is more a sort of an electronic notebook than a pocket computer. (Btw that's where MS has it all wrong starting with the name "PocketPC" !)
Symbian may be a challenger but I think it's all going to depend on the usability of the interface. Think mainstream. The Zire is a good thing: most people don't need more. Okay, maybe an integrated MP3 player... and that's why PalmSource have BeOS now, ARM architecture and PalmOS 5.

It's gonna be the MacOS vs Windows again. User interface will be the key. And so far, there's no real pressure to be compatible with company standards. Besides PalmOS pretty elegantly syncs with Window Apps.
Of course Palm has to adapt quickly to be more suited for smartphones, but that's another problem. (Though an important one because smartphones are the ones which are going to finance for PDAs...)

Symbian may have it right, but I don't know enough about the UI to tell more.

Nouveaux PDA sous PalmOS?

Lu sur PDABuzz aujourd'hui:

PalmSource CEO David Nagel, speaking yesterday in London, said more companies will soon become Palm OS licensees, though he declined to specify which ones. (Apple and Legend--a major PC vendor in China--are rumored to be on the short list.) He did, however, hint that some new members of the Palm OS club are also working with the Pocket PC and/or Symbian platforms. (Hmmm...Toshiba? Nokia? Let the speculation begin!)

Smartphone vs. PDA

Symbian, depuis sa création (sur la base d'Epoc, OS du Psion) l'avait clairement pressenti: l'assistant numérique personnel au sens large se déclinera sous deux formes principales: le PDA tel qu'on l'a connu jusqu'ici (Palm, PocketPC) qui tient presque dans la main et se manipule avec l'autre main (stylet, mini-clavier...) et le smartphone: qui tient vraiment dans une main et se manipule facilement avec les doigts de la même main.
Pour éviter la surcharge d'appareils divers, on pouvait envisager d'intégrer le téléphone au PDA et munir celui-ci d'une oreillette... mais pas très pratique à manipuler... surtout pour décrocher lorsqu'on vous appelle. Alternative: un casque bluetooth... mais on reste loin de la facilité à manipuler un smartphone (quasiment le même form-factor qu'un téléphone classique).

Voilà pourquoi il faut s'attendre à ce que les ventes de PDA restent marginales par rapport aux smartphones à venir.
Microsoft l'a bien compris en lançant son OS spécialisé Smartphone (embarqué en l'occurrence dans le SPV - son photo vidéo - de Orange). Il ne s'agit pas de Pocket PC mais bel et bien d'un OS optimisé pour le format du smartphone. Et c'est là que Microsoft est malin! Bien plus que Handspring qui avec le Tréo propose un smartphone hibride (à base de Palm OS) trop gros pour être pratique en utilisation téléphone.

Et PalmOS a un sérieux problème ici: il doit d'urgence décliner son OS dans une version embarquable sur un format plus proche d'un téléphone classique! C'est de là qu'il faut attendre 90% des revenus! Encore une fois, le PDA classique ne s'adresse qu'à une clientèle restreinte de businessmen ou de passionnés (bref ceux qui ne peuvent se contenter d'un clavier à 16 touches, voire d'un système de reconnaissance vocale en anticipant sur les progrès à venir de cette technologie...)

Microsoft joue sur les deux tableaux... il a économiquement raison! Et son principal concurrent n'est donc pas PalmOS comme on pourrait le croire mais plutôt Symbian et son chef de file: NOKIA !