2 commentaires
Commentaire de: Martin [Visiteur]
Martin

La citation de Patrick Le Lay m’a peut-être choquée au début, mais j’avoue que je n’y vois rien de choquant aujourd’hui. Car en réalité, elle n’est ni péjorative pour le spectateur, ni pour l’annonceur. En réalité, c’est juste une description d’une situation tout à fait normale : un média d’accès gratuit qui monnaye son audience à des annonceurs. Patrick Le Lay a eu là l’immense qualité d’expliquer son métier d’une manière des plus simples, que chacun d’entre nous puisse comprendre.

Faire tout et n’importe quoi sur Internet est-il pour autant plus facile qu’ailleurs ? Je ne le pense pas. Cela en a l’air, certes, mais les escroqueries ont existé bien avant Internet, et continueront à exister bien après. Je n’ai pas l’impression qu’il soit plus simple de tromper les individus sur Internet. En revanche, peut-être sommes-nous davantage sollicités par des individus et organisations aux intérêts et intentions douteux du fait de la chute des prix en matière de communication avec Internet…

18.10.07 @ 00:00
Commentaire de: Animal-penseur [Visiteur]
Animal-penseur

“…un média d’accès gratuit qui monnaye son audience à des annonceurs…”
- C’est un argument qui aurait pu être valable si toutes les chaines (y compris payantes et nationales payées par la redevance) n’utilisaient pas les mêmes ficelles.

“…immense qualité…”
- faut pas pousser. Mais l’explication était tout à fait claire en effet : vider un cerveau pour y mettre des informations choisies. Pardonnez mon audace, mais ce procédé me révulse. D’autres que moi auraient appelé cela un “lavage de cerveau".

“Faire tout et n’importe quoi sur Internet est-il pour autant plus facile qu’ailleurs ?”
- Les escrocs ont trouvé avec le web, une mine de nouvelles escroqueries (en plus ils sont très créatifs) et un moyen de dépoussiérer les plus anciennes, aux dépends d’une population inexpérimentée et de plus en plus nombreuses. Plus facile, oui je pense.

“..Je n’ai pas l’impression qu’il soit plus simple de tromper les individus sur Internet.”
- et le phishing et l’usurpation d’identité, entre autres, ne sont que des inventions des médias.

L’e-marketing, le marketing tout court en fait, n’est éthique, à mon sens, que lorsque de petites sommes ou de petits clients sont concernés. L’étique est inexistante lorsque les enjeux sont plus importants. Il n’y a qu’à voir notre chef commercial en Chine, et capable de recevoir des dictateurs reconnus et terroristes repentis, pour en être persuadé.

C’est un exemple douloureux pour qui crois encore à certaine valeur.

16.12.07 @ 21:56