Création d'entreprise: coûts, durées, procédures comparées au reste du monde

Création d'entreprise: coûts, durées, procédures comparées au reste du monde

Bon, vous avez peut être remarqué que je n'avais pas été spécialement impressionné par la facilité à créer une entreprise en France.

Je viens de trouver une étude de l'IFC avec un chapitre intitulé "Starting a Business" avec une approche beaucoup plus scientifique que ma propre expérience.

En comparant la France au reste du monde, on se rend compte qu'en durée de création on est pas trop mal placés (8 jours contre 2 en Australie, 3 au Canada puis ça monte vite). En revanche, en nombre de procédures on est bien noyés dans l'administratif (7 procédures contre 2 en Australie, Canada, Nlle Zélande et plein d'autres pays avec peu de procédures).

C'est dommage, l'Australie c'est loin quand même...

Note: quand on regarde le détail des procédures, je ne peux m'empêcher de penser que c'est assez superficiel et que l'étude ne regarde que le cas idéal. (Mais il y a des pays où le cas idéal fait peur quand même... :P)

Citation du jour

Citation du jour

“Le téléphone rouge qui reliait jadis le Kremlin à la Maison Blanche a été remplacé par le numéro vert qui relie chaque américain à un centre d’appel à Bangalore.”

– Thomas Friedman

Apple & EMI annoncent la fin des DRM

Apple & EMI annoncent la fin des DRM

Au mois de mai, Apple va mettre en ligne sur l'iTunes Store, l'intégralité du catalogue musical de EMI sans DRM, c'est-à-dire sans protection anti-copie!

Les morceaux seront encodés en AAC/mp4 à 256 kbps, soit le double de la qualité actuelle des morceaux de l'iTunes Store.

Contrepartie: le coût du single passe de 99 cents à 1,29 €. En revanche, le coût des albums n'augmente pas (alors que la qualité augmente et les DRMs sautent, comme pour les singles).

Apple rassure les consommateurs qui pouvaient se sentir piégés en achetant de la musique écoutable uniquement sur iPod, mais surtout, Apple en profite pour faire bonne figure dans les divers procès européens qui planent sur lui, justement à propos de ce verrouillage.

Ce qui est plus intéressant maintenant, c'est de regarder les choses du côté de EMI...

La première question qui se pose c'est: est-ce que les revenus de EMI vont augmenter parce que plus de personnes vont acheter de la musique libre et de meilleure qualité, ou bien est-ce que les revenus vont baisser parce que ladite musique sera plus facile à pirater?

Personnellement, ça m'inciterait plutôt à acheter plus que moins...

La deuxième question, et c'est là que je trouve ça très intéressant, c'est: est-ce que cela va devenir un élément différenciant pour EMI par rapport aux autres labels?

Est-ce que EMI va devenir une marque à part entière?

Pour l'instant, ça n'avait aucune importance pour le consommateur de savoir sur quelle maison de disques était édité un artiste. Maintenant, s'il est chez EMI, ça voudra dire qu'on peut l'acheter en ligne en meilleure qualité et qu'en plus on pourra continuer à l'écouter le jour où on achètera autre chose qu'un iPod...

Perso, je me vois bien racheter quelques Duran Duran ou Pink Floyd de chez EMI que je n'ai pas, juste parce que maintenant je vais pouvoir les acheter et les garder pour... euh... longtemps?

Bien sûr, je pense que ce n'est qu'une question de temps avant que les autres majors du disque emboîtent le pas. Mais vu les mammouths en question, le temps pourrait bien être assez long pour que EMI en tire profit.

Feuilleton industriel à suivre donc! ;)

Internet: la particule que diable!

Internet: la particule que diable!

On dit qu'on a vu "sur TF1" ou "sur MTV" mais on dit "à la télévision".

On dit qu'on a entendu "sur RTL" ou "sur BFM" mais on dit "à la radio".

On dit qu'on a lu "dans Télé Z" ou "dans Wired" mais on dit "dans la presse".

De la même manière on dit qu'on a trouvé "sur MSN" ou "sur Google" mais on dit "sur l'Internet"! :!:

On peut se moquer de George Bush quand il dit "the Google", mais quand les français disent "sur internet" (comme s'il s'agissait d'une marque), c'est tout aussi ridicule.

En plus, mettre une particule à l'Internet, c'est tellement plus classe! Preuve en est mon exemple sur la presse qui n'est qu'à moitié vrai, avec tous ces titres qui se la ramènent: Le Monde, Le Figaro, L'Express, La Tribune...

Au delà de ça, je trouve que l'Internet mérite également une majuscule! Tout simplement parce que, contrairement à la télé, la radio et la presse qui sont des modes de diffusion où plusieurs acteurs font à peu près la même chose chacun dans leur coin, l'Internet c'est plus que cela. Avec l'Internet, les diffuseurs ne travaillent pas seulement dans leur coin, ils sont tous connectés entre eux en un et un seul réseau unique: l'Internet.

Comme l'Océan Pacifique, comme l'Antarctique, comme la Lune, l'Internet est suffisamment défini, reconnu, grand et unique pour mériter sa particule et sa majuscule! ;)

You're reading the wrong blog/feed!

Dear English readers,

You are not really reading the wrong blog! ;)

I just wanted to get your attention an let you know that I'm no longer posting any English contents on this blog.

If you'd like to, you can find my English rants and ramblings other here:

http://fplanque.com/

(You'll find a main blog, sub-blogs and the whole RSS/Atom enchilada as you'd expect. It's all over there!)

Chers lecteurs français,

Ne changez rien! Je continue à écrire en français ici! :)

Mais si vous lisez aussi l'anglais, vous pouvez également aller jeter un oeil sur mon site anglais. http://fplanque.com/

J'écris soit d'un côté soit de l'autre, selon mon humeur. Mais j'écris rarement la même chose des deux côtés... ;)