Catégories: "Aventures Quotidiennes"

Aller simple pour LAX

Aller simple pour LAX

Il y a quelques temps, il y eu ce type qui postait dans les commentaires de mon blog: "si c'est si bien que ça les US, t'as qu'à y retourner". Ce à quoi, évidemment, j'avais répondu: "ben je vais me gêner..." ou un truc du genre...

Bon, j'y suis retourné au moins 3 ou 4 fois depuis... Mais dans 9 jours, c'est plus sérieux que d'habitude: dans la série "une autre vie est possible"... je viens de prendre un aller simple pour LAX.

LAX c'est le terme branchouille pour dire qu'on va à Los Angeles et qu'on voyage tellement un max que pour aller plus vite on donne les codes des aéroports plutôt que les noms des villes. Par exemple, au début de l'année j'ai du annuler un CDG-SEA à cause des grêves (c'est toujours le même problème avec CDG... tous les aéroports parisiens en fait). Du coup je suis allé directement à AUS en passant par LAX et je suis revenu par HOU.

Note: pour fair plus glamour, on pourrait aussi dire Beverly Hills, Hollywood, Venice, Malibu Beach, the Orange County, Sunset Boulevard, Rodeo Drive (re-regardez Pretty Woman :p) voire, pour déconner, Santa Barbara... mais en vrai, tout ça, c'est résumé dans "LAX". Sinon c'est que vous n'y connaissez rien en côte ouest... (bon ça va, je rigole...;))

Ceci dit, en réalité, jusqu'à il y a 10 minutes, j'ai failli prendre un aller retour... juste parce que c'est moins cher de prendre un aller retour qu'un aller simple! Oui, ça marche comme ça les compagnies aériennes... Enfin Air France en tout cas... et en gros pour avoir des vols direct entre Paris et la côte ouest, il n'y a pas tellement le choix.

L'autre truc à savoir sur les tarifs de Air France, c'est que le moins cher c'est de prendre un retour entre 15 et 30 jours après le départ... puis de ne pas utiliser le retour si en vrai on voulait un aller simple...

Mais voilà... en prenant mon billet je me suis retrouvé à passer plus de temps à trouver la meilleure date de retour ("au cas où j'aurais envie de rentrer pour le 14 juillet" arf arf) que pour le reste. Et en y réfléchissant un peu, prendre un aller-simple, psychologiquement, c'est pas du tout pareil que de prendre un aller-retour, même "juste au cas où"...

Donc voilà...

Bon, il faut dire aussi que c'est pas pour ça que j'ai surpayé l'aller simple: j'avais des "miles" en stock. En réalité j'avais même assez de miles en stock pour un aller-retour... ou pour un aller simple en classe affaires... mais j'ai l'impression que pour avoir un billet "prime" en classe affaires, j'aurais du m'y prendre 3 mois à l'avance. Pour la classe éco, visiblement, 24 heures suffiraient... Et puis c'est pas plus mal: je suis sûr qu'une fois qu'on a testé la classe affaire on pleure quand on doit retourner en éco... (Pour info, la classe affaire chez AF, ça coûte 5 fois le prix de l'éco. Ca va quand c'est gratuit, mais sinon... on a pas 5 fois plus de place pour dormir... m'enfin...)

L'autre astuce, c'est que les billets prime ne sont pas vraiment gratuits. Il faut quand même payer les taxes d'aéroport. Résultat: on sort quand même la carte bleue et Premier ne peut pas dire qu'on ne bénéficie pas des assurances parce qu'on aurait pas payé avec la carte (Attention: j'ai pas vérifié!). Et en tout état de cause, j'ai découvert que l'Assistance Premier, elle, ne demandait pas de payer avec la carte. Il suffit d'être à l'étranger pour en profiter.

90 jours de couverture donc. D'ici là je devrais avoir le temps de... soit prendre les assurances qui vont bien aux US... soit rentrer en France... :roll:

Voilà. Il me reste 9 jours pour déclarer mes impôts et compresser ma vie dans 2 valises pour recommencer plus à l'ouest. Peut-être que je dramatise un peu là, non? :D

Je crois que je vais commencer par un épisode de House M.D...

USA '07 et guides de voyage

USA '07 et guides de voyage

Récemment, plusieurs personnes m’ont envoyé des mails ou même posté des commentaires me disant que si les Etats-Unis c’était tellement bien, je n’avais qu’à y retourner…

…comme si j’allais me gêner! ;D

Bon ok, j’avoue, je me gêne d’autant moins que j’y vais à moitié pour des raisons professionnelles (ce qui permet en outre de voyager hors-taxes – au moins pour le billet d’avion – et sans impôts).

Anyway, j’ai eu tellement de demandes de conseils suite à mes précédents billets (notamment San Francisco), que cette fois-ci je vais essayer de prendre les devants. Commençons par les guides de voyage…

J’en ai acheté plein. (plus qu’avant!) Tous sur la partie Chicago -> San Francisco. Et puis j’ai comparé.

Le guide du Routard

Contrairement à la croyance populaire, le Guide du Routard c’est pas le pied… Super bof! Je pense que c’est bien uniquement si vous n’avez “pas une thune” et que vous cherchez les adresses des auberges de jeunesse. Mais si vous êtes dans ce cas, 1) vous n’allez probablement pas aller aux US, et 2) vous pouvez trouver les adresses des “hostels” de jeunesse sur Google!

Le seul avantage du Routard, c’est son prix: 14,90 € le morceau. Mais sur le prix total du voyage…

Lonely Planet

A l’autre bout du spectre, le Lonely Planet est probablement le plus cher. Jusqu’à 40 € à la Fnac pour un guide special Chicago dispo en anglais uniquement et importé. Probablement les guides les plus complets et les plus intéressants… surtout sur l’aspect culturel.

Mais je pense que la meilleure façon d’illustrer la différence de niveau avec le précédent, c’est une petite citation:

Routard Côte Est 2007/08, page 249:

“Un soir de l’année 1871, la vache (celle-ci n’a pas porté fortune…) de M. O’Leary aurait donné un coup de pied dans une lampe à pétrole. Ainsi débuta, semble-t-il, le grand incendie qui ravagea pendant trois jours un tiers de la ville et tout le quartier des affaires! Trois cents morts et 20 000 maisons détruites. Les milliers de tonnes de gravats…”

Lonely Planet Chicago 2006, page 52:

“On October 8, 1871, the Chicago fire started just southwest of downtown. For more than 125 years, legend has had it that a cow owned by a certain Mrs O’Leary kicked over a lantern, which ignited some hay, which ignited some lumber, which ignited the whole town. The image of the hapless heifer has endured despite evidence that the fire was actually the fault of Daniel ‘Peg Leg’ Sullivan, who dropped by the barn on an errand, accidentally started the fire himself and then tried to blame it on the bovine. (The Chicago City Concil officially passed a resolution in 1997 absolving the O’Leary family of blame.)

However it started, the results of the Chicago fire were devastating. it burned for three days, killing 300 people, destroying 18 000 buildings and leaving 90 000 people homeless….”

Post complet »

Décalage horaire

Décalage horaire

Hum... ça va faire 4 jours que je suis rentré de Californie et je ne me suis toujours pas remis du décalage horaire (+9 heures). Et le passage à l'heure d'hiver (-1 heure) n'y aura rien changé.

Je me rappelais vaguement que j'avais mis longtemps à m'en remettre, en revenant de mon année à Philadelphie. Mais je ne me rappelais pas que ça pouvait être aussi désagréable à vivre! Mais, parait-il que c'est normal. Philadelphie c'était il y a 12 ans, et les effets du "jet lag" augmentent avec l'âge... C'est bien, ça me rappelle que je deviens vieux (34 ans hier)...

Et c'est d'autant plus troublant que dans l'autre sens (Paris - San Francisco) j'ai à peine senti le décalage. J'avais juste trouvé que c'était plus facile de me lever le matin! ;) Mais ça aussi, apparemment c'est normal: le corps humain aurait beaucoup plus de facilité à rallonger ses journées (voyages vers l'ouest) qu'à les raccourcir (voyages vers l'est). Et je veux bien le croire... puisque je l'observe toute l'année (mon grand désespoir, c'est que les journées ne durent pas 25 heures... ou 26).

D'après ce que j'ai pu lire ici ou sur le web, il n'y a pas vraiment de remède efficace, si ce n'est d'accorder un jour à un jour et demi de récupération par fuseau horaire traversé... (encore 4 jours de coma au minimum donc :-/).

Mais toujours est-il que ça me rassure de lire que les mêmes effets se produisent pour tout le monde. Par rapport au sommeil d'une part, mais aussi et surtout par rapport à l'humeur "dépressionnaire" associée (depression). Le monde me parait profondément dénué de tout sens ces jours-ci. Et je préfère mettre ça sur le compte du décalage horaire que sur le fait d'être rentré en France (le pays où on brûle des autobus pour... euh... pour quoi déjà?) Ah oui, il semblerait qu'on observe également fréquemment des troubles de la mémoire. Ce qui, avec un peu de chance, devrait me permettre d'oublier que le monde est réellement dénué de sens...

Enfin, le pire c'est quand même de se réveiller en pleine forme et en se disant "waouh qu'est-ce que j'ai bien dormi, je sens que ça va être une bonne journée!!! enfin!!!" puis de se rendre compte qu'il est 3:45 du matin, ne pas se rendormir, prendre un petit dej faute de mieux, puis s'écouler à nouveau à 7:30 du mat.

En fait, je pense (ou je crois comprendre) que le corps humain (le mien y compris) fonctionne par cycles de 90 minutes environ. Dans une nuit normale, ces cycles correspondent à des cycles de sommeil. Dans une journée normale, ces cycles correspondent à des phases de concentration et de relachement. Mais surtout, normalement il y a des hormones (type mélatonine) qui permettent de rester endormi toute la nuit et éveillé tout le jour. Sauf que là, pour moi, j'ai l'impression qu'il n'y a rien qui régule. J'ai l'impression de vivre tous les cycles de 90 minutes comme des montagnes russes! 30 minutes de pleine forme, suivis de 15 minutes de "je fais quoi là?" suivis de 30 minutes de coup de barre, suivi de 15 minutes dépressives...

Je pense d'ailleurs que je suis arrivé au bout de mes quelques minutes dans lesquelles je suis assez concentré pour écrire... et encore, ce post est probablement tout décousu... mais je vais le poster quand même, car si quelqu'un le google-trouve en plein décalage horaire un de ces jours, il se sentira peut être moins seul! :D

Allez, d'ici 60 minutes j'aurai à nouveau une phase de concentration. Mais que faire d'ici là? Lire "Wired"? Ou "USA Today" de mercredi dernier? :>

Post complet »

Blue Angels day

Terrible! Absolument terrible journée! :)

Aujourd'hui samedi c'était le grand jour de Fleet Week, la méga démo de l'US Army qui permet aux américains de voir leurs tax dollars en action! Et quelle action!

J'y suis allé avec des amies de mon hôtel. Il faudra que je vous en reparle de mon hôtel magique, blindé d'étudiants venus se perfectionner en anglais, mais c'est un autre sujet!

Normalement tout le monde s'agglutine au Pier 39 de Fishermans Wharf. Mais comme nous on est des gens rusés, on a préféré aller s'agglutinner sur le Marina Green avec tous les autres gens rusés! :> C'était probablement tout aussi blindé, mais à la place de touristes, on avait plein de résidents de la valley, avec leurs polaires Google, Yahoo et tout ça ;)

En tout cas, c'est clair, la moitié de la vallée était sur le waterfront. L'autre moitié était probablement sur le water tout court, à en juger par le nombe de bateaux immobilisés dans la baie cet aprem!!

Le clou du spectacle, donc, c'est le show aérien des Blue Angels! C'est un peu comme la "patrouille des avions" en France, sauf que là... euh... ça déchire vraiment sa race!!! (for lack of a better term, sorry about that! :P)

"Nearly orgasmic" comme dirait un résident rencontré ce soir sur O'Farrell.

Sur le chemin on a sauté du bus (n°22) à Pacific Heights tellement la vue sur la baie y était incroyable! See Flickr!

Pour le retour... ce fût folklo! La moitié de la Valley qui remonte en même temps! Ca vous fout un bordel... pire que les Champs quand la France a le malheur de gagner un tournoi de foot... mais en plus discipliné (les gens restent sur les trottoirs! Funky stuff!

Comme ça allait plus vite à pied qu'en bus, on est remonté sur Russian Hill (plus à l'est que Pacific Heights) et on en a profité pour passer par la célébrissime Lombard Street, la rue avec le plus de virages concentrés sur 1 paté de maisons.

En tout cas, Pacific Heights, Marina et Russian Hill... des purs quartiers, avec des pures baraques. Ze classe!!! A part que c'est mal desservi en transports, et se taper les côtes à pied tous les jours... bonjour! :) Voiture obligatoire. Je crois que je n'ai jamais monté une côte aussi raide que Russian Hill sans chaussures de rando et un guide expérimenté! :P

De là, on a traversé China Town pour le Financial District où on est allé boire un coup, pardon prendre un cocktail en haut de la Bank of America, qui doit être à peu près le plus haut building de la ville. Et ça vaut vraiment le coup, contrairement au resto panoramique tournant du Hyatt Regency où je suis allé il y a 2 jours. Vue in-croy-a-ble!! Mais puisque je vous dis d'aller voir Flickr!!!

Voilà pour la version courte. Je suis épuisé. Demain on se tente un brunch à Castro!

Un parisien à San Francisco!

Wow! Ca fait 3 jours que je suis à San Francisco et j’ai presque l’impression d’habiter ici.

Je crois que je ne me suis jamais habitué à une ville aussi vite. Même pas Montpellier. Et pourtant, Montpellier j’avais tellement aimé que je m’y suis installé pour 2 ans. Heureusement, ou malheureusement, les lois sur l’immigration américaine m’empêcheront de déménager sur un coup de tête cette fois ci. Je rentre donc à Paris dans 3 semaines moins 3 jours… et je commence déjà à me dire que ça va être trop court!

Je veux dire, where else in the world can you do half a million things all in a quarter to three? Ok, New York probablement. Mais ici, en plus, c’est hippie land! Les gens sont vraiment plus cools que dans n’importe quelle autre grande ville que je connaisse!

Les gens ne courrent pas dans le métro. Peut être parce qu’il n’y en a pas! :P Mais quand même ils ne courrent (presque) pas pour attraper les bus, les street cars (tranways) et les world famous cable cars qui passent les collines en s’accrochant sur un câble intégré à la route.

Et des collines (des hills), il y en a! San Francisco c’est à peu près grand comme Paris, mais avec des rues plus larges, plus quadrillées et quarante trois (43!) buttes Montmarte pour épuiser les piétons! :)

Et puis, les gens se parlent aussi dans la rue, dans les bus… Pas seulement avec les touristes. Ils se parlent entre eux aussi. C’est vaaaachement sympa! Bon, c’est sûr que si, en plus, vous vous plantez sur un trottoir, l’air hagard avec votre Routard et votre Lonely Planet, vous êtes assurés qu’une âme charitable va venir à votre aide dans la minute qui suit. Are you lost? Can I help you? Where are you going? Do you need help?

Un jour j’ai accepté – alors que je l’avais déjà – un guide BART de la part d’une inconnue qui me prétendait que c’était le meilleur plan gratuit de la ville. Ca lui faisait tellement plaisir de me l’offrir! :)

En arrivant de l’aéroport – avec ledit BART – je suis descendu à Powell St Station, qui n’est pas seulement la station la plus proche de mon premier hôtel, mais aussi la station du milieu du centre ville… apparemment. Je pense que ça aide à prendre ses marques… Anyway, pour moi le kilomètre 0, le “Notre Dame” de San Francisco, c’est Union Square.

Mon premier hôtel est à 6 ou 7 blocks (oui on compte les patés de maisons pour évaluer les distances… et ça se révèle vite incroyablement pratique) de Powell St Station, mais up hill! C’est à dire que je me suis trimballé mes deux énormes valoches (ben oui, 3 semaines, il faut ce qu’il faut ;)) en montée! Et je m’en rappelle encore! C’est probablement le deuxième facteur qui m’a beaucoup aidé: j’ai compris que je devais apprendre à utiliser les transports en commun dès le premier jour. (Très utile pour rentrer le soir après avoir marché toute la journée jusqu’à l’autre bout de la ville!)

La carte orange locale s’appelle le MUNI Pass. Et dans la version étendue, avec entrée aux différents musées, le City Pass. J’ai pris ça et depuis je me demande comment j’ai fait pour vivre sans carte orange à Paris!!!

Pour le reste, ça s’explique peut être mieux en photos, alors je vous donne rendez-vous sur Flickr pour une mise à jour quotidienne. Et ici, pour une mise à jour de temps à autres…